Ce qu’il faut savoir sur les médicaments homéopathiques

Médecine douce par excellence, l’homéopathie rencontre un succès de plus en plus important auprès de la population française. En effet, les français cherchent des traitements efficaces tout en évitant les effets secondaires souvent consécutifs aux médicaments classiques. A ce jour, remboursés à 30 % par l’Assurance Maladie, même s’il existe un débat à ce sujet,  les médecins se forment de plus en plus fréquemment pour prescrire les médicaments homéopathiques. Cette formation leur permet d’adapter le traitement homéopathique à chaque patient en fonction de ses symptômes, mais aussi de ses antécédents : un traitement personnalisé et sans risque qui peut être complémentaire des traitements allopathiques classiques.    

Histoire et principes de l’homéopathie

Développée au début de 19e siècle par Samuel Hahnemann, l’homéopathie trouve ses fondements dans la découverte par cet allemand de l’intérêt de l’écorce de Quinquina dans le traitement du paludisme. En effet, il a pu observer que celle-ci avait pour effet de réduire les accès de fièvre chez les personnes atteintes de paludisme alors qu’elle entraîne des montées de fièvre chez les personnes saines. Partant de ce constat, il a élaboré le principe de la loi de similitude selon laquelle une même substance peut avoir des effets différents selon les doses ingérées. Une dose forte peut ainsi rendre l’individu malade alors qu’une faible dose pourrait contribuer à soigner les symptômes identiques causés par une autre cause. Hahnemann conçoit alors le principe de dilution qui consiste à diluer la substance active au dixième ou au centième et à agiter la solution entre chaque dilution ce que Hahnemann appelle dynamisation. Ainsi, il crée des médicaments avec une substance active en quantité très réduite sans toxicité, mais reproduisant le principe de similitude. 

Les différents médicaments homéopathiquesSe soigner par homeopathie

Contrairement aux idées reçues, il existe une grande variété de médicaments homéopathiques. En effet, ces derniers ne se limitent pas aux classiques granules et globules sucrés que l’on achète généralement en tubes. On peut trouver des médicaments homéopathiques sous forme de crème, mais aussi de solutions, de poudres ou encore de suppositoires. Par ailleurs, on distingue généralement deux grands types de médicaments homéopathiques : les médicaments à nom commun et les spécialités homéopathiques. Les médicaments à nom commun font référence à la souche utilisée dans leur fabrication, c’est-à-dire leur dénomination scientifique. Le nombre de CH fait quant à lui référence au degré de dilution du principe actif. Ces médicaments sont généralement prescrits par les médecins qui en définissent la posologie selon les besoins et antécédents de chaque patient et bénéficient d’un remboursement partiel par la sécurité sociale. Les spécialités homéopathiques quant à elles sont généralement des assemblages de souches réalisées grâce à l’expérience clinique de médecins et sont commercialisées en pharmacie où ils peuvent être acquis sans ordonnances, mais ne donnent pas lieu à un remboursement.

Les avantages de l’homéopathie

Les médicaments homéopathiques présentent un atout de taille face aux médicaments classiques : ils ne provoquent pas d’effets secondaires. Ainsi, ils peuvent être pris sans aucun danger par tous les patients y compris les enfants et les femmes enceintes bien que ces dernières devront plutôt éviter les dilutions à 1 DH et les teintures mères. Par ailleurs, ces médicaments sont tout à fait compatibles avec les autres médicaments et peuvent généralement être pris en parallèle que ce soit pour des traitements ponctuels ou des traitements de fond pris sur la durée. Enfin, dernier point intéressant les dosages des médicaments homéopathiques sont ajustés à chaque patient, les traitements sont donc personnalisés pour s’adapter au mieux à chacun.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *